couverture

Bosco Verticale : quand un immeuble se transforme en forêt !

Plus de place pour la nature au coeur des centres-villes ? La solution ingénieuse proposée par le projet Bosco Verticale est d’installer une forêt verticale contre le flanc d’un immeuble !

projet-espaces-verts-a-milan

Voici une illustration du projet d’espaces verts à Milan

La pollution atmosphérique est un sujet alarmant, qui touche en premier lieu les villes. La forte densité de véhicules et les modes de vie urbains créent de fortes concentrations de polluants qui contaminent l’air. Si des mégapoles comme Hong Kong, Paris ou New York sont particulièrement concernées, les petites et moyennes agglomérations voient également  dépasser régulièrement les pics de pollution. De leur côté, les autorités publiques urbaines, responsables de la qualité de vie de leurs concitoyens, cherchent des solutions pour diminuer cette pollution, dont les effets sur la santé humaine sont bien démontrés: selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 7 millions de décès prématurés par année sont dus à la pollution atmosphérique. Il incombe donc aux urbanistes ainsi qu’aux architectes de développer des techniques pour purifier l’air urbain.

Stephano-Boeri-architecte

L’architecte Stephano Boeri

Une solution développée et testée à Milan repose sur la capacité de filtration et de régénération de l’air par les végétaux. Les architectes du bureau « Boeri Studio » ont voulu compenser localement la dégradation de la flore urbaine en installant l’équivalant d’une partie de la forêt perdue au cœur d’une cité. L’idée est de rendre à la nature l’espace qui lui est retiré par l’étalement urbain. Et ce, dans le but d’avoir un instrument naturel de purification de l’air là où le problème de la pollution est le plus marqué. Les arbres permettent de filtrer l’air ambiant, d’emmagasiner le CO2 et de rejeter une importante quantité d’oxygène dans l’atmosphère urbaine. De plus, cette forêt verticale est suffisamment dense pour abriter de nombreuses espèces animales et végétales, créant ainsi une nouvelle biodiversité au centre de la ville. Autres avantages, ces arbres créent des barrières antibruit naturelles et filtrent les eaux de pluie chargées en micropolluants de la ville.

la-foret-verticale-de-milan-perce-a-travers-la-brume-du-matin

La forêt verticale de Milan perce à travers la brume du matin

Construite par Boeri Studio à Milan en 2014, cette première réalisation a donné l’impulsion d’une nouvelle tendance mondiale qui s’inscrit dans le développement de l’écologie urbaine et du verdissement urbain en fournissant un moyen innovant d’intégrer l’arbre en ville. Le « Bosco Verticale » est implanté sur deux tours résidentielles de 110 et 76 mètres de hauteur au centre de Milan, en bordure du quartier d’Isola. Il accueille 900 arbres, chacun mesurant 3, 6 ou 9 m de haut, ainsi qu’une large gamme d’arbustes et de plantes florales. Le Bosco Verticale est un système qui optimise, récupère et produit de l’énergie. Il contribue à la création d’un microclimat et à la filtration des particules de poussière contenues dans l’environnement urbain. Cette végétation produit de l’humidité, absorbe le CO2 et les micropolluants, produise de l’oxygène et protège contre les rayonnements et la pollution acoustique, améliore la qualité des espaces de vie et économise l’énergie. L’irrigation des plantes est produite, dans une grande mesure, par le filtrage et la réutilisation des eaux grises produites par les bâtiments. De plus, les systèmes éoliens et photovoltaïques contribuent, avec le microclimat susmentionné, à augmenter le degré d’autosuffisance énergétique des deux tours. La gestion et l’entretien de la végétation de Bosco Verticale sont centralisés et confiés à une agence externe.

L’investissement supplémentaire lié à l’intégration des arbres sur les tours s’élève environ à 5 % des coûts de construction, auquel il faut ajouter les frais de gestion et d’entretien des plantes. En effet, les arbres devront être régulièrement taillés pour ne pas dépasser trois à six mètres afin de résister au vent et de ne pas occulter la lumière. Ces coûts supplémentaires par rapport à un bâtiment classique sont à nuancer avec les divers avantages liés à ces 10 hectares de forêt urbaine. Ceux-ci vont être mesurés, d’un point de vue financier, sur le long terme. Le projet réalisé, étant novateur dans le domaine de l’architecture, a déjà inspiré de nombreux autres bureaux d’étude et d’aménagement. Le Vertical Foresting n’a donc pas fini de faire parler de lui et il est possible que des « immeubles vivants » voient le jour un peu partout dans le monde ces prochaines années.

logo

 

http://www.stefanoboeriarchitetti.net/en/news/il-bosco-verticale/

Contact : studio[at]stefanoboeriarchitetti.net

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire