phonebloks-transition-composants-innovation

Phonebloks ou la lutte contre l’obsolescence

Concept de téléphone mobile qui tire son originalité par sa vocation à réduire drastiquement la production de déchets électroniques (e-waste) dont la croissance est consternante.

phonebloks-transition-innovation-ensemble-look

Téléphone nouvelle génération ?

Beaucoup de choses ont déjà été dites sur l’obsolescence programmée La fragilité de nos téléphones portables en est sans doute un exemple très parlant. On ne s’étonne plus qu’un fleuron de la technologie soit doté d’une durée de vie dérisoire, renvoyant les consommateurs à scruter les étalages pour le renouveler en quelques années seulement. Malheureusement, l’industrie n’est pas la seule à blâmer puisque la responsabilité incombe également aux acheteurs qui troquent l’ancien (encore fonctionnel) pour du neuf aux améliorations minimes. Cette stratégie industrielle et cette attitude comportementale engendrent des circuits de déchets électroniques faramineux exportés massivement vers la Chine (70 % des e-waste ont cette destination finale) pour y être « recyclés » ; une affaire lucrative en somme.

phonebloks-transition-innovation-interface-look

L’interface

Phonebloks espère contrer ce problème à la source avec un nouveau paradigme : le téléphone en pièces détachées. Issu d’un projet de fin d’études et présenté à la Design Academy d’Eindhoven en 2013, Dave Hakkens montre volontiers son prototype aux internautes ; un simple bloc d’aluminium sans aucun circuit électronique. Il s’en excuse en annonçant qu’il n’a ni compétences d’ingénierie, ni les moyens nécessaires pour se lancer dans la véritable confection. Mais le concept est bien réel et il rencontre un certain écho parmi les internautes. Il s’agit d’un téléphone qui, à la base, n’est qu’un squelette disposé à accueillir différentes pièces détachées correspondant à une fonction précise (batterie, processeur, appareil photo, antenne, etc.). Ces modules sont remplaçables en cas de dégâts et adaptables aux désirs du consommateur. Phonebloks lance ainsi un appel aux industries de la téléphonie mobile (avec une armée d’internautes en soutien) afin de se lancer dans la conception.

phonebloks-transition-interieur-composant-assemblage

Pièces détachées

La réponse ne s’est pas fait attendre, plusieurs entreprises de renom dans la téléphonie ont déjà envisagé des prototypes. Parmi ceux-là, la firme Motorola se trouve déjà bien lancée sur son téléphone modulable baptisé Ara Project. Dans la lancée de cet enthousiasme généré par Phonebloks, Motorola a invité Dave Hakkens à assister au processus de fabrication de ce téléphone. La plupart des éléments chers du designer se retrouvent dans le projet Ara ; à savoir modularité des composants et surtout non-exclusivité proclamée par Motorola dans la création de celles-ci. En effet, d’autres acteurs économiques peuvent proposer un module destiné à un public parfois très spécifique. Par exemple, Sennheiser présente une carte son haut de gamme, une autre initiative propose un module capable de tester les taux de glucose pour les diabétiques. Ainsi, une invitation à la collaboration est annoncée dans ce projet ; la machine est déjà là, il suffit d’y faire un ajout.

Phonebloks est une petite « organisation » composée de 2 collaborateurs seulement, dont Dave Hakkens. Son site web permet de suivre les évolutions du projet Ara et propose à d’autres industriels de se lancer dans une aventure similaire.

phonebloks-phone-mobile-garder

Le logo

https://phonebloks.com/ – http://www.phonebloks.org

Contact : hello[at]phonebloks.com

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire