sourciers-transition-culture-hydroponie-plantation-marion

Les Sourciers: des cultures hors-sol et bio

Les Sourciers produisent des légumes et des herbes aromatiques sans terre et sans arrosage, en recourant à une méthode de culture hors-sol appelée l’hydroponie. Ils sont à l’origine de la première serre hydroponique et biologique de France.

L’hydroponie ne jouit pas toujours d’une bonne image. Encore faut-il savoir de quoi il s’agit. Cette technique de culture est ancienne: elle était déjà utilisée par les civilisations inca et aztèque, ainsi que dans les célèbres jardins suspendus de Babylone. De nos jours, elle est utilisée sporadiquement, en particulier dans la culture intensive de légumes.  En clair, elle consiste à faire pousser des plantes, en substituant à la terre de l’eau ou un substrat inerte.

sourciers-hydroponie-transition-tomates-serre-plantation

Les plants de tomates cultivés en hydroponie

Les Sourciers font du maraîchage en hydroponie. Ils s’appliquent à remettre cette technique littéralement au goût du jour. Car elle présente de nombreux avantages. Tout d’abord, leur micro-ferme fonctionne en circuit fermé, alimenté par une pompe qui fait circuler l’eau jusqu’aux racines des plantes avant de retourner dans un réservoir. Ce système, élaboré par une entreprise gersoise, permet de réaliser d’importantes économies d’eau, jusqu’à 95% par rapport à une culture en terre. Ensuite, l’hydroponie, telle qu’elle est pratiquée par Les Sourciers, est une agriculture dite raisonnée. Elle se passe évidemment d’herbicides et de pesticides et favorise la lutte biologique pour défendre les cultures contre les attaques d’insectes ravageurs. En bref, cette pratique pourrait être considérée comme l’équivalent de l’agriculture biologique appliquée aux cultures sans terre.

sourciers-hydroponie-initiateurs-couple-marion

Le couple de Sourciers

Marion et Nicolas Sarlé, un couple franco-argentin, ont jeté l’ancre dans le Gers en France pour y construire une serre hydroponique pour le moins singulière. Ils ont découvert cette méthode de culture alors qu’ils vivaient à l’étroit dans un appartement de Buenos Aires. Le manque d’espace les a contraints à faire pousser des laitues sur leur balcon, sans recourir à de la terre. Depuis lors, ils ont laissé leur routine derrière eux pour se former et pratiquer l’hydroponie. Aujourd’hui, ils font pousser des légumes et des plantes sous serre. S’ils n’ont pas besoin de terre ni d’arrosage, l’eau est bel et bien au cœur de leur dispositif. Les graines sont semées dans du substrat de tourbe et la plante grandit dans des pots remplis de billes d’argiles. Directement en contact avec l’eau (qui passe dans des tuyaux), celle-ci se nourrit d’une solution nutritive. Contrairement au goutte-à-goutte, l’hydroponie permet, à l’aide d’instruments, de savoir si les plantes ont absorbé leur dose de nutriments. Cette technique semble favoriser leur croissance et leur santé et, étonnamment, les produits sont riches en saveur. Mais cette micro-ferme hydroponique ne se limite pas à la culture proprement dite. Elle s’inscrit aussi dans une visée pédagogique, en organisant régulièrement des cours théoriques et pratiques sur l’hydroponie, ainsi que des visites gratuites où le public peut venir choisir ses légumes. Ce projet à but éducatif a été conduit en collaboration avec le GHE, l’unité de production européenne General Hydroponics, premier créateur mondial dans ce domaine.

sourciers-transition-culture-hydroponie-serre-plantes-basilic-abondance

L’abondance en hydroponie !

La serre de 600 m2 permet de nourrir 2’000 plantes avec 2’000 litres d’eau, le tout en circuit fermé. Mettant à profit leur expérience et leurs voyages, dont un séjour de quatre ans en Chine, Marion et Nicolas Sarlé se sont spécialisés dans des variétés de plantes rares et des herbes aromatiques orientales. De la coriandre du Vietnam au persil japonais, les produits frais, locaux et originaux attirent les grands restaurants gastronomiques de la région en quête d’exotisme et de nouvelles saveurs. L’hydroponie écologique intéresse également les urbanistes, car cette méthode de culture hors-sol convient relativement bien à l’espace urbain.

sourciers-transition-hydroponie-logo

Le logo des Sourciers

Voici un lien vers l’une de leurs vidéos.

www.lessourciers.com

Contact : marion[at]lessourciers.com

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire