Un mode de vie est un ensemble de pratiques définissant tant les modes de consommation que les différentes façons d’organiser sa vie, ses relations sociales et d’utiliser son temps.

La notion de mode de vie constitue un champ sémantique propre avec celles de niveau de vie, de style de vie, de culture, de vie quotidienne et d’identité. On peut définir un mode de vie comme un ensemble de pratiques et/ou de représentations propres à un groupe social, reconnu à travers un mode de vie spécifique ou optant en tant que groupe social pour un certain mode de vie.

Le mode de vie résulte chez un individu d’un choix personnel mais peut aussi être imposé par la pression du groupe ou favorisé par les circonstances (abondance ou pénurie, comportements attendus ou non). Au fondement de tout mode de vie, on peut distinguer trois grandes sphères d’expériences et d’activités : celles liées à l’habitat, celles à partir desquelles se jouent le rapport à autrui et le développement de la vie sociale et enfin celles qui renvoient au rapport fonctionnel à l’environnement où se joue le caractère pratique de la vie quotidienne.

Les modes de vie consuméristes issus des « 30 glorieuses », appelées aussi modèle de l’après-guerre,, largement diffusé à travers le monde et rendus désirables, constituent un des moteurs de la détérioration des équilibres écologiques et sociétaux. En particulier, le mode de vie urbain et ses caractéristiques (utilitarisme, individualisme, spécialisation excessive, mobilité généralisée, superficialité des relations, anonymat, segmentation des rôles, etc.) peut entraîner un appauvrissement du tissu social, tout comme il peut aussi être vécu comme une émancipation du contrôle social des sociétés traditionnelles et/ou rurales. Mais il peut également à son tour entraîner un désir de mimétisme bien décrit au début du 20e siècle par l’économiste américain Thorsten Veblen.

En réaction à cette évolution, on assiste depuis quelques décennies au développement de nouveaux modes de vie et d’organisation dont l’ensemble des activités habituelles visent à permettre à un groupe humain d’assurer son existence en utilisant les ressources d’un milieu donné et/ou une vie plus autocentrée, privilégiant les liens par rapport aux biens, l’être par rapport à l’avoir. Ainsi ces nouveaux modes de vie se définissent par un renforcement des interactions sociales locales et par une recherche de réduction de l’empreinte écologique.

Sources :

Boutaud (2015), Modes de vie, in D. Bourg, A. Papaux (dir.) Dictionnaire de la pensée écologique, Paris, Puf.

A. Naess (2008), Ecologie, communauté et style de vie, Observatoire du Management Alternatif, HEC, Paris.


L'avis des experts :

1.1 Durabilité environnementale
Variable selon le cas
1.2 Durabilité sociale
Forte
2. Potentiel de déploiement
Duplicable, global
3. Visée économique
Sans but lucratif
4.1. L’évolution de conscience
Participe
4.2. Changement de comportement individuel
Induit
5. La dynamique du changement
Variable selon le cas
6. La participation
Inclusif
7. Effet rebond
Variable selon le cas
8.1 Impact carbone
Variable selon le cas
8.2 Impact biodiversité
Variable selon le cas
8.3 Impact énergie grise
Variable selon le cas

6 Initiatives de 'Modes de vie' :