L’économie collaborative regroupe les pratiques et modèles économiques décentralisées permettant une mise en relation directe entre personnes dans un but de mise en commun et de partage de savoirs, de biens et de services. Elle comprend principalement la consommation collaborative, la finance collaborative, la connaissance ouverte, la fabrication distribuée et la gouvernance ouverte. Elle remet en cause une partie de notre mode de vie et de notre manière de consommer. Le développement de l’économie collaborative est très rapide actuellement et est rendu possible par l’utilisation des technologies mobiles notamment. Il est favorisé par un contexte de crises, et par le fait qu’il apporte des solutions à la recherche de sens et de lien social. L’ économie collaborative fait sens sur le plan environnemental car le bien partagé qu’il soit local type Pumpipumpe ou général type véhicule comme Blablacar existait AVANT d’être partagé. Elle fait sens aussi sur le plan social car elle permet un accès plus facile au marché, exemple déplacements et voyages. En cela elle enrichit l’offre. Toutefois, le prétexte collaboratif soulève des questions :

  1. Le traitement fiscal du CA par exemple la non perception de la taxe de séjour des propriétaires Airbnb: c’est une perte de recette pour l’État.
  2. L’aspect réglementaire d’accès (Uber et les chauffeurs qui auraient un casier judiciaire) ou de normes d’hygiène (les Beds and breakfast obéissent à des normes alors qu’Airbnb, non). La défense des acteurs traditionnels sur la concurrence déloyale n’est pas totalement infondée. Ces points sont en partie compensés par la sanction des «clients».
  3. Le statut accessoire des revenus: quand 9 chambres sur 10 d’une habitation deviennent des chambres à louer, il s’agit  d’ une activité d’hôtellerie déguisée et non d’un accueil ponctuel parce qu’on aime la compagnie.
  4. La précarisation des agents: pas de contrat de travail, aucune assurance sociale, malgré tout un lien de subordination sur la propreté du véhicule, etc.  Toutefois, beaucoup de chauffeurs indépendants ont trouvé une source de revenu stable alors qu’ils étaient par ailleurs exclus du marché du travail : travailleurs âgés aux USA, jeunes des banlieues françaises, etc.

Source : D. Bourg et V. Girardin, NiceFuture Magazine, n°1, 2015.

Pour aller plus loin

M. Bauwens (2015), Sauver le monde. Vers une société post-capitaliste avec le peer-to-peer


L'avis des experts :

1.1 Durabilité environnementale
Forte
1.2 Durabilité sociale
Forte
2. Potentiel de déploiement
Duplicable, global
4.1. L’évolution de conscience
Participe
4.2. Changement de comportement individuel
Induit
5. La dynamique du changement
Rupture
6. La participation
Inclusif
7. Effet rebond
Faible
8.1 Impact carbone
Fort
8.2 Impact biodiversité
Fort
8.3 Impact énergie grise
Fort

23 Initiatives de 'Economie collaborative' :