Le commerce équitable fait son apparition dans les années qui suivent la fin de la Seconde Guerre mondiale. Dans sa définition actuelle, mais qui pourrait être amenée à évoluer prochainement, il se définit comme un échange marchand, entre producteurs « du Sud » et producteurs « du Nord », ayant pour objectif l’amélioration des conditions de vie des producteurs les plus pauvres. Pour ce faire, il se base sur un prix que les partenaires échangistes doivent idéalement considérer comme étant juste. Si le commerce équitable occupe aujourd’hui encore une place dérisoire au sein du commerce international, il est en plein essor (et ce malgré la crise économique actuelle) et son faible poids économique est contrebalancé par l’importance des questions qu’il pose. Ce commerce est une pratique qui constitue une forme de défi lancé aux pratiques traditionnelles du commerce tout autant qu’au marché au sein duquel la formation des prix a tendance à occulter certaines dimensions. En effet, à travers le commerce équitable, on réalise que l’économie a oublié qu’il existait des prix justes et injustes, des manières d’échanger bonnes et mauvaises, et surtout des agents économiques qui ont d’autres motivations que la recherche exclusive du prix le plus bas possible. L’existence d’un consommateur désireux de justice est consubstantielle au projet du commerce équitable et de producteurs ouverts à des modèles différents : aspects de gouvernance (égalité homme – femme, démocratisation de la prise de décision, transparence des gains…) , aspects techniques. Le commerce équitable est donc porteur d’une espérance primordiale, une espérance de justice dans l’échange : il exprime l’espoir que le consommateur devienne soucieux de payer un prix juste. Le commerce équitable confirme l’existence d’une attente de justice chez les consommateurs dont il porte le témoignage, un témoignage fragile et précaire mais cependant bien réel.

Source : Pouchain D. (2015), « Commerce équitable », in Bourg D., Papaux A. (dir.), Dictionnaire de la pensée écologique, Paris, PUF.

Pour aller plus loin

  • Ballet J., Carimentrand A. (2007), Le Commerce équitable, Paris, Ellipses.
  • Becheur A., Toulouse N. (2008), Le Commerce équitable. Entre utopie et marché, Paris, Vuibert.
  • Blanchet V., Carimentrand A. (2012), Dictionnaire du commerce équitable. État des lieux des recherches universitaires, Versailles, Quae.

L'avis des experts :

1.1 Durabilité environnementale
Variable selon le cas
1.2 Durabilité sociale
Forte
2. Potentiel de déploiement
Duplicable, global
3. Visée économique
A but lucratif
4.1. L’évolution de conscience
Participe
4.2. Changement de comportement individuel
Induit
5. La dynamique du changement
Rupture
6. La participation
Inclusif
7. Effet rebond
Faible
8.1 Impact carbone
Variable selon le cas
8.2 Impact biodiversité
Variable selon le cas
8.3 Impact énergie grise
Variable selon le cas

4 Initiatives de 'Commerce équitable' :