Traditionnellement, biens ou ressources utilisés par de multiples acteurs, gérés par des règles définies en commun, assorties de sanctions pour qui y déroge. Par exemple, dans le passé, des pâturages alpins appartenant à de multiples propriétaires, des systèmes communautaires d’irrigation, avec des règles strictes en vue d’éviter le surpâturage ou l’usage abusif de l’eau. Aujourd’hui, le sens de bien commun est devenu plus large: il s’agit de dispositifs divers (biens, dispositifs productifs, etc.) gérés par un ensemble de personnes, établissant communément des règles de bon fonctionnement. Les biens communs sont des ressources gérées collectivement, hors marché et hors Etat.

Les biens communs, bien que susceptibles d’être individuellement appropriés, donnent lieu à un usage collectif et à une gestion délibérative. Ils se distinguent des biens publics qui sont en revanche, selon les économistes, des biens qui ne peuvent être produits par des agents économiques pour être vendus sur un marché. Les biens publics ne sont ni exclusifs, ni rivaux – et donc non appropriables -, comme l’éclairage public, la défense nationale ou l’air que l’on respire. Nous produisons toutefois l’éclairage public, mais nullement l’atmosphère… La catégorie de bien public  englobe donc des biens aux caractéristiques objectives différentes.

Parallèlement à la distinction entre biens publics et biens communs, ajoutons encore cette autre distinction héritée du droit romain: celle entre res communes, comme l’air ou la mer, chose non appropriable par nature; et res nullius, chose sans maître, non appropriée mais susceptible de l’être.

Pour aller plus loin

Livres

  • E. Ostrom (1990) La gouvernance des biens communs
    → Un livre-clé mais assez difficile d’accès, très touffu et à la prose scientifique. De plus, il date de 1990, et depuis, Ostrom a écrit de nombreux livres et articles, non encore traduits en français.
  • P. Dardot & C. Laval (2014) Commun : Essai sur la révolution au XXIe siècle

Articles

  • S. Nahrath (2015), « Bien commun », in Bourg D., Papaux A. (dir.), Dictionnaire de la pensée écologique, Paris, PUF
  • P. Servigne (2010) « La gouvernance des biens communs », Barricade
  • P. Servigne (2011) « Six obstacles à franchir pour penser les biens communs », Barricade

Rapports

  • S. Helfrich, R. Kuhlen, W. Sachs & C. Siefkes (2009) Biens communs – La prospérité par le partage, Rapport de la Fondation Heinrich Böll.
    Lien : www.boell.de/downloads/20101101_Report_Biens_Communs.pdf
    → Cette brochure, pédagogique et originale, est une très bonne introduction aux biens communs. Bien plus digeste que le livre d’Ostrom.
  • Collectif (2012), Les biens communs, comment (co)gérer ce qui est à tous ? Actes du colloque Etopia.
    Lien : www.etopia.be/IMG/pdf/biens_communs_fr_web-2.pdf
    → Tour d’horizon rapide et complet (mais pas ennuyeux) de la galaxie des biens communs. Complémentaire du rapport de la fondation Heinrich Böll.

L'avis des experts :

1.1 Durabilité environnementale
Variable selon le cas
1.2 Durabilité sociale
Variable selon le cas
2. Potentiel de déploiement
Expérimental, local
3. Visée économique
Variable selon le cas
4.1. L’évolution de conscience
Participe
4.2. Changement de comportement individuel
Induit
5. La dynamique du changement
Incrémental
6. La participation
Inclusif
7. Effet rebond
Faible
8.1 Impact carbone
Variable selon le cas
8.2 Impact biodiversité
Variable selon le cas
8.3 Impact énergie grise
Variable selon le cas

4 Initiatives de 'Biens communs' :