L’agroforesterie est une forme d’utilisation des terres qui combine production agricole et arboriculture ou sylviculture. On distingue les systèmes traditionnels (vergers haute-tige, pâturages forestiers, châtaigneraies, vignes sur hutins, etc.) et les systèmes «modernes» où la plantation des arbres s’insère à la technique de production agricole. Il est ainsi possible d’associer les arbres avec des cultures, des prairies ou des pâturages et d’améliorer la production des parcelles en optimisant les ressources du milieu.

L’efficacité d’un tel système repose sur la diversification des espèces, des techniques, des types d’aménagement et des tailles d’arbres pour concilier production de biomasse et protection de l’environnement. L’agroforesterie permet par ailleurs d’obtenir en partie les mêmes services écologiques que ceux rendus par la forêt, comme la purification de l’eau et de l’air (production d’oxygène), le stockage du carbone et l’effet modérateur sur le climat local tout en répondant à des objectifs productifs (alimentation, bois, miel, etc.).

Divers arbres sont le siège d’une microfaune auxiliaire de la protection des cultures et les feuilles mortes contiennent des nutriments utiles à la vie du sol. La préservation ou la restauration de la fertilité des sols constitue même un des principaux intérêts de ce système où la gestion de l’arbre et les techniques agricoles (techniques culturales simplifiées, couverts végétaux, semis directs, etc.) recréent de l’humus dans les sols en mimant le fonctionnement des écosystèmes naturels (prairie, forêt).

Elle s’inscrit dans des projets de territoire et permet de répondre aux attentes d’une politique agricole durable, par exemple en constituant des corridors écologiques, en offrant un espace de délassement et de loisirs en pleine nature ainsi qu’en remplissant une fonction didactique (randonnée, agri-tourisme, etc.). Ces procédés permettent ainsi d’améliorer les niveaux de biodiversité et de reconstituer une trame écologique.

 

Sources :

Dr. Felix Herzog, Agroscope Institute of Sustainability Sciences at Zurich-Reckenholz, Agricultural Landscapes and Biodiversity group

http://www.bioactualites.ch/cultures/durabilite/agroforesterie.html

AFAF (Association française d’Agroforesterie) L’agroforesterie en 12 principes (2017).

AgroParisTech (2015), Agroforesterie: comment ça marche?, Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, Alim’agri, Paris.


L'avis des experts :

1.1 Durabilité environnementale
Forte
1.2 Durabilité sociale
Forte
2. Potentiel de déploiement
Duplicable, global
3. Visée économique
Variable selon le cas
4.1. L’évolution de conscience
Participe
4.2. Changement de comportement individuel
Induit
5. La dynamique du changement
Rupture
6. La participation
Inclusif
7. Effet rebond
Faible
8.1 Impact carbone
Fort
8.2 Impact biodiversité
Fort
8.3 Impact énergie grise
Fort

1 Initiatives de 'Agroforesterie' :