La transition participative est l’un des trois chemins pour inscrire notre société vers la résilience.

La transition « participative » est un mouvement qui situe la société civile et l’activité citoyenne au cœur de la transition. Les actions des institutions ne sont pas suffisantes pour impulser une rupture ou un réel changement dans les modes de consommation et de production. D’après ce type de transition écologique, les citoyens sont les plus à même d’impacter efficacement une transformation et ce, grâce à leurs nombreuses ressources. En plus de pouvoir se réunir en communautés locales, ils ont une bonne connaissance de leur milieu et peuvent expérimenter de nouveaux modes de vie par la construction durable, l’aménagement urbain, la consommation éthique, l’alimentation locale, etc. De par ces initiatives citoyennes et locales, une réinvention du lien social et de l’économie de proximité devient potentiellement effective.

La transition « participative » va encore plus loin en proposant une « démocratisation écologique« . Cela signifie que le citoyen a la possibilité de reprendre le contrôle de son environnement par divers moyens et qu’ainsi, il devient une force, un pouvoir à part entière, aux côtés des associations, organisations, institutions. Dans cette perspective, il devient plus aisé d’imaginer une délibération rapprochée entre « communautés » et « collectivités« . Le mouvement des Villes en transition suit ce schéma et exemplifie parfaitement cette transition « participative ».


L'avis des experts :

1.1 Durabilité environnementale
Forte
1.2 Durabilité sociale
Forte
2. Potentiel de déploiement
Duplicable, global
4.1. L’évolution de conscience
Participe

43 Initiatives de 'Transition participative' :