Les initiatives de transition émanant de la société civile ont ceci de commun qu’elles expérimentent d’autres façons d’habiter, de consommer, de produire, d’aménager les lieux de vie, etc. Elles s’appuient pour cela sur le lien social et l’action collective afin de reconstruire un rapport existentiel à ce qui environne les êtres humains et conditionne leur devenir. Cette expression pragmatique et concrète de la capacité de la société civile à interagir avec son milieu, dans le sens d’un changement du vivre en société, donne tout son sens à ces chemins de transition écologique (Laigle, 2013).

Ces chemins dépendent:

  • des manières d’articuler le social à l’écologie;
  • de l’importance accordée aux synergies d’agir local vis-à-vis des changements environnementaux globaux;
  • du poids attribué aux processus délibératifs, au partage des savoirs et à l’expérimentation d’alternatives concrètes vis-à-vis d’une régulation plus institutionnalisée.

On voit ainsi émerger trois grands chemins de transition écologique qui s’inscrivent dans une démarche de résilience:

  • la transition « participative »
  • la transition « coopérative »
  • la transition « associative »

Ces trois chemins peuvent être amenés à se côtoyer, à interagir et à évoluer. Toutefois, ils n’attribuent pas la crise écologique aux mêmes maux, ne se réfèrent pas aux mêmes dynamiques de changement social et ne font pas porter la « cause écologique » par les mêmes acteurs. De ce fait, ils n’entrevoient pas tout à fait les mêmes issues et voies de transition. C’est d’ailleurs pourquoi leur complémentarité est importante.

Source: Commissariat général au développement durable, Etudes et documents, n°124, mai 2015.



Liste des initiatives 'Par Émetteur' :


Transition associative (28 initiatives) Transition coopérative (80 initiatives) Transition participative (38 initiatives)