entofood-couverture

Entofood: nourrir les poissons d’élevages différemment!

Entofood recycle des sous-produits agro-alimentaires et des déchets alimentaires pour nourrir des larves d’insectes en environnement contrôlé qui seront utilisées comme alimentation pour les poissons d’élevage.

bioconversion

Schéma explicatif de la Bioconversion et du système exploité par Entofood

D’ici à 2050, la population mondiale devrait atteindre près de 9 milliards d’habitants, qu’il va falloir nourrir. Le monde se verra confronté à un défi de taille et devra faire face aux tensions liées à l’accès à l’alimentation. Les modèles d’exploitation des ressources naturelles existants ne pourront assurer une telle croissance. Par ailleurs, actuellement, 50% de la consommation de poissons provient de l’aquaculture (production animale ou végétale en milieu aquatique). Toutefois, la pêche intensive exploite beaucoup les ressources halieutiques, qui ne pourront suffire en cas d’augmentation de la demande. Entre autres, la farine de poisson, provenant essentiellement de la pêche et dont la production est en baisse, est un élément duquel l’aquaculture dépend. Durant les dernières décennies, les prix des matières premières ont connu de fortes augmentations, se multipliant par 3 en 10 ans, au vu de l’augmentation de la demande en protéine de l’industrie de l’élevage. En conséquence, l’utilisation de farine de poisson s’est déplacée vers des marchés à forte valeur ajoutée, ce qui a conduit l’industrie animale à substituer ses ressources d’alimentation.

entofood-larves-sechee

Larves séchées, produits de base de l’initiative d’Entofood

Grâce à la technologie de la bioconversion, Entofood recycle des sous-produits agro-alimentaires et des déchets alimentaires pour nourrir des larves d’insectes en environnement contrôlé qui seront utilisées comme alimentation pour les poissons d’élevages. Entofood propose ainsi des protéines alternatives, produits stables et de qualité, substitut durable aux farines de poisson. Cette structure maîtrise le cycle biologique, l’élevage et la transformation des produits finis, et propose des solutions adaptées à la production de masse.

entofood-farine-de-larves

Les larves sont ensuite réduites en farine, qui va permettre de nourrir les poissons ou autre bétail

Fréderic Viala et Franck Ducharne sont les fondateurs d’Entofood. Le premier est diplômé de la Haute Ecole du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève. Entrepreneur, il a créé et développé diverses entreprises de la finance à l’ingénierie. La seconde personne derrière Entofood est Franck Ducharne, diplômé de l’école vétérinaire de Maison-Alfort de France. Il s’est spécialisé en sériciculture (élevage de vers à soie) à l’Unité Nationale Séricicole de La Mulatière et au Brésil. À la suite de cela, il travaillera dans l’élevage de crevettes dans différentes régions du monde. En 2010 et durant près de 3 ans, Entofood lancent un programme de recherche et développement à Madagascar, qui vise à étudier et optimiser des performances zootechniques de la mouche soldat noire. Cette équipe est actuellement basée en Malaisie.

Entofood est à la recherche d’investisseurs intéressés à participer au développement à l’internationale de cette structure. Ils leur proposent également différents scénarios propres à chaque pays et/ou marchés cibles, des solutions technologiques et industrielles, mais également un suivi et accompagnement pour le développement de leurs propres projets, notamment par le transfert de technologie. Une majorité de personnes ou d’entités, principalement les gouvernements, devraient être directement intéressés par cette initiative qui touche une problématique à laquelle toutes les populations devront faire face.

entofood-logo

* Ce texte est le fruit de la collaboration entre NiceFuture et les étudiants de la Haute Ecole de Gestion de Genève dans le cadre du cours intitulé « Innovation et entrepreneuriat  » Auteurs : Arijana Zahirovic, Bastien Chabbey

http://entofood.com

Contact : entofood[at]entofood.com

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire